À quoi faire attention quand on achète un masque barrière ?

Depuis que le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics, la France a connu une pénurie de cet accessoire de protection.

Néanmoins, l’État a permis aux entreprises dans le textile et aux particuliers, de produire des masques barrières pour le grand public. À noter que la confection et la production de ce type de dispositif sont réglementées et doivent suivre des normes spécifiques.

A quoi faire attention quand on achète un masque barrière

Les différents types de masques barrières recommandés

Tout d’abord, le masque barrière est destiné à toutes personnes saines ne présentant aucun des symptômes connus du Coronavirus. Il est également conseillé pour celles qui ne sont pas en contact avec des malades. Avec les différents gestes barrières, porter un masque permet de prévenir la pénétration du virus par le nez ou la bouche.

Deux catégories de masques barrières sont disponibles pour le grand public.

On distingue le masque de catégorie 1. Ce modèle permet de filtrer plus de 90 % des particules émises par la personne qui le porte. Ces particules ont une taille supérieure ou égale à 3 microns. 

Découvrez nos masques de catégorie 1

Ensuite le deuxième type est le masque de catégorie 2, en tissu ou en matière synthétique, il ne permet qu’une filtration d’environ 70% des particules émises par le porteur.

Le masque de catégorie 1 est clairement le plus protecteur. Il est préconisé pour les personnes exerçant dans les domaines professionnels en contact avec le public. Le masque barrière de catégorie 2 est destiné aux personnes dont le contact avec le public est moins fréquent. 

Faire attention aux normes AFNOR

Les exigences de l’AFNOR sur la production de masques barrières tendent à protéger le grand public qui sera amené à porter ce type de dispositif au quotidien.

Du point de vue visuel, les masques distribués ne doivent présenter aucun défaut apparent. Ensuite, concernant leurs dimensions, l’AFNOR préconise de se conformer à une certaine mesure correspondant à la morphologie des Français.

Voici les mesures exigées par l’Afnor :

  • distance diagonale du masque : 132,5 à 114,5 mm
  • longueur menton jusqu’au sellion : 123 à 135 mm
  • distance entre les pupilles : 65 à 71 mm
  • distance entre l’arc bitragus et le gnathioin : 295 à 315 mm

Pour ce qui est des matériaux, quelques tissus spécifiques sont obligatoires. Ce sont les tissus résistants qui ont une capacité de filtration et qui ont une perméabilité à l’air.

Ce sont entre autres, les tissus avec un maillage serré.

Ils doivent par la même occasion, être souples et confortables (des tissus qui n’irritent pas ou qui sont trop chauds). On peut citer le coton, le polycoton, la popeline, la viscose, le polyester et le polypropylène.

Pour les brides, elles doivent être résistantes aux différents cycles de lavage et à la traction tout en étant souples. Ces lanières devront également être faciles à mettre et à enlever et permettent de maintenir le masque en place. Les lanières devront être cousues sur le masque. Il est possible d’utiliser d’autres moyens pour les fixer. Toutefois, l’utilisation d’agrafes est interdite.

Par ailleurs, l’assemblage doit se faire avec deux ou trois couches et non une seule. Ensuite, aucune couture ne doit figurer au niveau du nez jusqu’au menton.

Notons que tous les masques produits devront faire l’objet de test de conformité auprès des laboratoires habiletés à procéder à ces évaluations. Le test des produits est effectué par la Direction Générale des Armées ou DGA.

Ainsi, toutes les entreprises qui souhaitent se lancer dans la production de masques grand public peuvent recourir aux matériaux approuvés par la DGA. Celles qui souhaitent utiliser de nouveaux matériaux doivent réaliser de nouveaux tests.

En outre, les clients peuvent demander aux fournisseurs de fournir le rapport d’authenticité de leurs produits. En règle générale, la liste de toutes les entreprises ayant l’autorisation de produire des masques barrières est visible sur le site de la DGA.

D’autres critères pour choisir votre masque

Pour se protéger au mieux, quelques points doivent attirer l’attention du public avant d’acheter un masque barrière.

D’autres critères sont à vérifier en plus des recommandations de l’AFNOR citées plus haut (masque sans couture verticale du nez jusqu’au menton, masque résistant en monocouche ou en composite multicouche, etc.).

C’est le cas de quelques mentions obligatoires qui doivent figurer sur l’emballage du produit. Il s’agit notamment du nom de la marque qui produit l’accessoire avec la désignation « masque barrière » qui doit être mise en évidence.

La durée d’utilisation du dispositif doit également être mentionnée sachant qu’un masque certifié doit résister à au moins 5 cycles de lavage.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email